La locution « On va pas se mentir »

La locution « On va pas se mentir »

À toutes les époques, certaines expressions se convertissent soudainement en véritables tics de langage. Leur utilisation constante par une bonne partie de la population exaspère ceux qui y résistent et ne voient là que des formules creuses et vides de sens. C’est le cas, depuis une petite dizaine d’années, de  « On va pas se mentir » (la variante « Il faut pas se mentir » existe aussi) ; l’expression a même été le nom d’un programme télévisé entre 2012 et 2016.

Vous noterez d’abord l’absence de la première négation « ne » (« On ne va pas se mentir »), ce qui constitue un indice clair de l’origine orale de l’expression. Quelle en est la signification ? Elle annonce que locuteur refuse non seulement de mentir mais d’être trompé par les apparences : il va exposer les faits tels qu’ils sont. C’est donc une façon de montrer qu’on est franc et intelligent. Expression valorisante pour le locuteur qui l’utilise, « On va pas se mentir » se voit logiquement plébiscitée par la population.

Le problème est que l’expression est très souvent utilisée pour prononcer des banalités… Un article sur la qualité des produits cosmétiques pourra ainsi s’intituler « On va pas se mentir… l’industrie nous ment ! », ce qui, on l’avouera, n’est tout de même pas une grande découverte. Au quotidien, vous pourrez entendre des phrases telles que :

On va pas se mentir, je ne suis plus tout jeune.

On va pas se mentir, je suis vraiment fatiguée.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

 

Tagged , , , ,

One Reply to “La locution « On va pas se mentir »”

  1. Paul BLANCHET dit :

    Merci de répondre à une question que je me posais et dont l’expression ci dessus utilisée à tord et à travers, en effet m’exaspère, comme d’autres du genre justement : « il fait genre je m’en balance », non pas que je ne sois pas de cette époque, puisque j’y vis également ou malheureusement parfois. A cela une autre réponse tout aussi déplacée, vide de sens ou exaspérante : « faut vivre avec son temps papy » utilisée non pas par l’un de mes petits enfants, mais également par des gens de mon âge qui penseraient être plus dans le (mouv’) probablement en parlant ainsi avec un vocabulaire que je ne suis pas persuadé qu’ils maîtrisent tant il a été dévoyé en peu d’années voire incompréhensible. Ainsi « sortir avec », ne veut pas dire « accompagné de », on ne « prend pas plaisir à » mais on « kiffe sa race »…Agé de 61 ans et ayant vécu pour la majeure partie de ma vie non pas au Moyen Age mais avec beaucoup de jeunes lors d’une carrière militaire de 35 ans, j’avoue même une sensation d’insolence, voire carrément d’un manque de respect. Ce mal je n’osais pas même le partager. Merci donc pour l’explication que vous donnez à certaines expressions de « mon temps, du vôtre, du leur…quelque soit l’âge auquel on vit cette époque, on est bien sensé en faire partie tant qu’on est vivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.