Caractéristiques de l’accent suisse en français

Caractéristiques de l’accent suisse en français

Peut-être avez-vous déjà écouté parler un Suisse romand. Peut-être avez-vous aussi alors détecté un accent. Quelles sont donc les particularités de l’accent suisse ?

La première a trait à la conservation de certains archaïsmes : des prononciations aujourd’hui disparues pour la plupart des locuteurs contemporains sont toujours en vigueur en Suisse. Par exemple, un Suisse prononcera maux [mo] et mots [mɔ] (alors que le reste des locuteurs francophones prononcent les deux mots de la même façon : [mo]) ; de même, si aujourd’hui patte et pâte se prononcent [pAt], en Suisse, on continue à prononcer [pAt] et [pat].

La deuxième particularité de l’accent suisse relève de son débit : les Suisses sont en effet les locuteurs francophones qui parlent le plus lentement. D’après une étude réalisée par Sandra Schwab et Isabelle Racine en 2012 (Université de Genève), les Suisses parlent 6% moins vite que les Parisiens et jusqu’à 20% moins vite dans certains cas. Cette caractéristique du parler suisse fait donc qu’il vous sera plus facile de comprendre votre interlocuteur et peut-être la Suisse est-elle un lieu à privilégier pour vos premiers séjours linguistiques.

La troisième caractéristique a également trait à la prosodie et s’appelle la proéminence pénultième. C’est le fait le plus marquant de l’accent suisse. Comme vous le savez, l’accent tonique du français est systématiquement placé sur la dernière syllabe du groupe rythmique. Les Suisses, en revanche, ont tendance à placer cet accent sur l’avant-dernière syllabe du groupe. Vous trouverez dans cette vidéo quelques exemples comme « C’est la première chose qu’il FAUT dire » et « Il était marié avec une VAUdoise ».

Nous vous souhaitons d’excellentes fêtes de fin d’année !

Tagged , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *