Bien prononcer b, v et z

Beaucoup d’étudiants hispanophones ont des difficultés à bien reproduire certains phonèmes du français. Il existe pourtant quelques « trucs » relativement simples pour en faciliter la prononciation. Prenons le cas de [b], [v] et [z]. Le [b], orthographié b, est un son beaucoup plus dur et percutant que ce que les hispanophones produisent généralement. Pour mieux le prononcer, il faut simplement tenter, dans un premier temps, de le placer en début de séquence, voyez plutôt :

Bouteille, Bravo, Barbe, Bis

De manière générale, vous devrez employer un surcroît d’énergie pour améliorer votre prononciation (comme si vous étiez tendu).

J’ai beaucoup bu d’eau au bar.

Il est difficile voire impossible de bien parler arabe.

Pour mieux reproduire [v], orthographié v, et [z], orthographié z ou s (quand il est intervocalique), c’est exactement le contraire ! Il est plus facile de prononcer ces deux phonèmes lorsqu’ils sont en position finale. Voyez plutôt :

Rêve, Mauve, Treize, Chose

Vous devrez donc diminuer l’énergie employée (comme si vous étiez soudainement fatigué) pour produire ces deux phonèmes afin d’améliorer votre prononciation.

Les enfants vont en vélo à Zanzibar.

Je vois que vous hésitez.

Résumons : beaucoup d’énergie pour le [b], une grosse fatigue pour [v] et [z] !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Tagged , ,

Atelier de formation en phonétique verbo-tonale

Comme chaque année, notre équipe de professeurs a suivi une formation continue en phonétique verbo-tonale avec notre coordinateur pédagogique Philippe Mijon. Cette méthode, née dans les années 50 et d’abord destinée aux malentendants a ensuite été déclinée pour les étudiants de français langue étrangère. Elle part du principe que l’étudiant prononce mal car il entend mal : la méthode se centre donc sur l’étudiant et ses erreurs. Elle s’attache à donner la priorité à la prosodie, c’est-à-dire principalement au rythme et à l’intonation. Pour corriger les erreurs phonétiques de l’étudiant, elle dispose d’une multitude d’instruments qui permettront au verbo-tonaliste de proposer une « optimale de correction ». Cette optimale a pour objectif de mieux faire percevoir à l’étudiant la matière sonore pour, in fine, améliorer sa prononciation.

Durant toute l’année, toute notre équipe de professeurs s’est donc régulièrement réunie pour des séances de formation afin d’appréhender les techniques de la méthode verbo-tonale. Mais, pour être acquise, cette méthode doit également être mise en pratique. Cela a donc été l’objet de notre premier atelier au mois de juin. Il sera suivi d’autres ateliers pratiques durant toute l’année 2019-2020. Merci à nos étudiants qui ont bien voulu se prêter au jeu pour que nos professeurs complètent ainsi leur formation !

Comme chaque année à cette époque, le blog de VOILÀ part en vacances. Nos cours, eux, se poursuivent durant tout le mois de juillet. Bon été à tous !

Tagged ,

L’accent circonflexe en français

Si l’accent circonflexe est apparu à la Renaissance, il est employé systématiquement dans la langue française depuis le XVIIIème siècle. Jusqu’à cette époque, on continuait d’écrire certains s placés devant une autre consonne et ceci même s’ils ne se prononçaient plus en français. Lors de l’édition du dictionnaire de l’Académie française en 1740, il a été décidé que ces s seraient supprimés de la graphie. Mais les Français, peut-être excessivement nostalgiques, ont décidé de noter cette disparition par un accent circonflexe sur la voyelle précédente.

 

C’est donc ainsi que teste est devenu tête, hospital, hôpital, bastir, bâtir, etc. Connaitre l’origine de cet accent est donc très utile à tous les locuteurs de langues romanes qui, elles, ont conservé le s car il est encore prononcé. Si un mot possédant un accent circonflexe vous pose des difficultés de compréhension, il suffira donc d’essayer d’ajouter un s derrière la voyelle pour retrouver en principe le mot d’une langue latine. Ainsi, Pâques donne naturellement Pasques, c’est-à-dire Pascua en espagnol. Mais attention ! les s devant consonnes n’ont pas tous disparu parce que certains continuent de se prononcer… Ainsi, on écrit fête mais festin et festoyer.

Enfin, on utilise aussi l’accent circonflexe comme signe diacritique, c’est-à-dire pour distinguer des homophones : sûr et sur, et du, mûr et mur, etc.

Pour terminer, notons que, depuis la réforme de la simplification de l’orthographe officiel du français de 1990, le circonflexe a disparu du i et du u (excepté si sa disparition peut entraîner une ambigüité, comme dans / du par exemple).

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Tagged , , , , , ,

É, È, Ê, À, Â, Ù et Û : les accents en français

L’erreur habituelle des hispanophones et des catalanophones est de croire que les accents français correspondent, comme dans leur langue natale, à des accents toniques : rien de plus faux !

L’accent tonique français est, comme nous l’avions vu il y a quelque temps (voir notre précédent article sur l’accent tonique français), toujours situé à la fin du groupe rythmique. Nous disons bien toujours car cette règle ne souffre aucune exception. En français, il est donc inutile de signaler la syllabe tonique par un quelconque accent.

Pourquoi donc écrire é, è et ê ? Tout simplement pour noter différents sons -différents phonèmes devrait-on dire. Le français est une des langues du monde qui comptent le plus de phonèmes vocaliques, seize pour être précis. Rappelons que les systèmes les plus fréquents utilisent 5 voyelles. L’alphabet latin étant limité, il a donc fallu inventer de nouvelles graphies pour noter certains phonèmes vocaliques.

 

La graphie e est prononcée en principe [ə] : le

le é est lui prononcé [e] : été

le è et le ê [ɛ] : père, fête.

 

Durant la deuxième moitié du XXème siècle, le [ɑ] postérieur, noté â, a pratiquement disparu au profit du [ä] antérieur (en France, les personnes âgées continuent souvent à faire la distinction). Le a de date et pâte est donc actuellement prononcé de la même façon.

Enfin, certains accents, u/ù/û et a/à, permettent d’éviter une ambiguïté entre des homographes : par exemple ou/où, sur/sûr et il a 2 chats/à midi.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Tagged , , , , ,

Petit cours sur l’accent tonique en français (2)

La dernière fois, nous vous avons expliqué quelques règles pour améliorer votre prononciation en français. Mais après la théorie, passons à la pratique ! Voici aujourd’hui deux petites activités qui vous permettront maintenant de vous exercer.

Nous vous proposons une liste de mots qui ne vous poseront certainement aucun problème de compréhension. Comment les prononceriez-vous si vous étiez Français ?

Abracadabra, Pavarotti, Madonna, México, Zapatero, Penelope Cruz, Ulldecona, Grosso modo, Antonio Banderas, Métro, CD, Parking, Alonso, Zorro, Fiasco, Cinéma, Carmen, Basta, Moto, Pizza

Vous avez trouvé ? Alors écoutez maintenant la solution :

 

Mais rien n’est mieux que d’imiter les Français eux-mêmes quand ils parlent votre langue. Car ils reproduisent inconsciemment la « musique » de leur langue, c’est à dire, notamment, les règles d’accentuation qui sont propres au français. Voici un exemple de ce que cela peut donner :

 

Lancez-vous sans honte, n’ayez pas peur d’exagérer, de caricaturer et souvenez-vous : « Celui qui imite bien a tout compris » !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Tagged , ,