L’enchaînement consonantique en français

En phonétique française, on confond généralement l’enchaînement consonantique et la liaison. Si elles trouvent leur explication dans la même règle, ce sont pourtant deux mêmes phénomènes différents.

La liaison, comme nous l’avons vu dans un article précédent, consiste à prononcer la consonne finale d’un mot, qui en principe ne se prononce pas, lorsque le mot suivant commence par une voyelle. Elle a pour objectif de diminuer le nombre d’occurrences de l’hiatus et d’augmenter la fréquence des syllabes dites ouvertes Consonne+Voyelle (type « pa », « lu », fon », etc.).

L’enchaînement consonantique, lui, consiste à enchaîner la consonne finale d’un mot (consonne qui doit être prononcée de toute façon) avec la voyelle initiale du mot suivant de façon à constituer une syllabe Consonne+Voyelle.

Écouter les exemples suivants (les enchaînements sont notés en caractères gras) :

 

Un groupe. Un groupe important (un-grou-pun-por-tant)

 

Vive. Vive allure (vi-va-llure)

 

Sa sœur. Sa sœur aînée (Sa-sœ-raî-née)

 

 

Pour ces trois exemples, il sera donc impossible à francophones de prononcer comme dans les enregistrements suivants :

Un groupe/ important

Vive/allure

Sa sœur/aînée

 

 

La liaison et l’enchaînement semblent à première vue être des phénomènes secondaires de la phonétique française ; il est cependant indispensable de les maîtriser tant pour la compréhension que pour l’expression. En ne les respectant pas, vous changerez immanquablement la « musique » du français (ici son rythme) et votre interlocuteur risque de ne plus vous comprendre !

Nos cours de français, c’est aussi apprendre cela !

Tagged ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *