Travailler avec les francophones

Caractéristiques de l’accent suisse en français

Peut-être avez-vous déjà écouté parler un Suisse romand. Peut-être avez-vous aussi alors détecté un accent. Quelles sont donc les particularités de l’accent suisse ?

La première a trait à la conservation de certains archaïsmes : des prononciations aujourd’hui disparues pour la plupart des locuteurs contemporains sont toujours en vigueur en Suisse. Par exemple, un Suisse prononcera maux [mo] et mots [mɔ] (alors que le reste des locuteurs francophones prononcent les deux mots de la même façon : [mo]) ; de même, si aujourd’hui patte et pâte se prononcent [pAt], en Suisse, on continue à prononcer [pAt] et [pat].

La deuxième particularité de l’accent suisse relève de son débit : les Suisses sont en effet les locuteurs francophones qui parlent le plus lentement. D’après une étude réalisée par Sandra Schwab et Isabelle Racine en 2012 (Université de Genève), les Suisses parlent 6% moins vite que les Parisiens et jusqu’à 20% moins vite dans certains cas. Cette caractéristique du parler suisse fait donc qu’il vous sera plus facile de comprendre votre interlocuteur et peut-être la Suisse est-elle un lieu à privilégier pour vos premiers séjours linguistiques.

La troisième caractéristique a également trait à la prosodie et s’appelle la proéminence pénultième. C’est le fait le plus marquant de l’accent suisse. Comme vous le savez, l’accent tonique du français est systématiquement placé sur la dernière syllabe du groupe rythmique. Les Suisses, en revanche, ont tendance à placer cet accent sur l’avant-dernière syllabe du groupe. Vous trouverez dans cette vidéo quelques exemples comme « C’est la première chose qu’il FAUT dire » et « Il était marié avec une VAUdoise ».

Nous vous souhaitons d’excellentes fêtes de fin d’année !

Tagged , , ,

Montant et réévaluation du salaire minimum en France

Le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance, plus connu sous l’abréviation SMIC, est, en France, le salaire minimum horaire en dessous duquel il est interdit de rémunérer un salarié. Il est réévalué au minimum tous les ans au 1er janvier. De plus si l’inflation constatée entre le niveau ayant servi de référence pour la dernière augmentation du SMIC le 1er janvier et le dernier mois connu (N-1) dépasse 2 %, il est automatiquement réévalué au mois N+1 du pourcentage de cette inflation.

En raison de la forte hausse de l’inflation depuis un an, il y a donc eu plusieurs réévaluations automatiques en 2022 : après une augmentation « normale » au 1er janvier de 0,9%, il a été revalorisé de 2,65% au 1er mai, et de 2,01% au 1er août.

Son augmentation correspond au minimum à l’inflation constatée l’année précédente, plus 50 % de l’augmentation du pouvoir d’achat du salaire horaire de base ouvrier.

Depuis le 1er août 2022, la valeur du SMIC brut est de 11,07 € par heure en France soit, pour un travail à temps plein, 1 678,95 € bruts mensuel, c’est à dire 1 329,05 € nets. Parmi les pays de l’OCDE, la France a l’un des salaires minima les plus élevés.

En 2021, le Smic concernait 2,04 millions de salariés (environ 12 % de l’emploi salarié au 1er janvier 2021). Parmi les salariés au Smic, 59,3 % sont des femmes, 24,1 % travaillent dans des entreprises de moins de 10 salariés et 34,6 % exercent leur activité à temps partiel.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Tagged , , , ,

Comment bien prononcer les mots avec un tréma

Le moins connu des accents utilisés en français est certainement le tréma. À quoi sert-il et quelle est la prononciation correcte des mots qui en ont un ?

En français, cet accent est un signe orthographique constitué de deux points juxtaposés que l’on place sur certaines voyelles : e, i, o, u, y. Il indique que la voyelle accentuée ne doit pas former un digramme et qu’elle doit donc être séparée de la voyelle précédente ou suivante dans le découpage syllabique.

Vous savez, par exemple, qu’en français le digramme –ai– se lit « è » ; nous le retrouvons très fréquemment, notamment dans les désinences de l’imparfait aux première, deuxième et troisième personne du singulier ainsi qu’à la troisième personne du pluriel :

Je jouais, tu jouais, il jouait, ils jouaient.

Si le i supporte un tréma, il ne peut plus s’associer avec le a qui le précède pour former le phonème « è », c’est le cas du mot « dadaïsme » : [da/da/ism]. De la même façon, dans « héroïsme », la graphie –oi– ne pourra pas se lire « wa » mais o/i : [e/ro/ism].

Enfin, il est à noter que depuis les rectifications orthographiques de 1990, les mots qui se terminent par la syllabe –gu– prononcée distinctement et suivie d’un e ou d’un i prennent un tréma sur le u : aiguë, ambiguë, ambiguïté, contiguë, exiguë, exiguïté.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Tagged , , , ,

Cause négative ou positive : comment l’exprimer en français

Selon que le locuteur jugera une cause négative, positive ou au contraire qu’il refuse de prendre parti, il pourra utiliser des connecteurs différents à cause de, grâce à, et en raison de.  À cause de introduit une cause négative :

Les vols à destination de Paris sont annulés à cause de la neige.

Grâce à, à l’inverse, présente une cause jugée positive :

Si j’ai réussi à obtenir ce travail, je peux dire que c’est grâce à toi.

En raison de permet au locuteur de ne pas se positionner et de présenter la cause de manière neutre ; le présentateur du journal télévisé dira donc :

Aujourd’hui, la circulation des trains de banlieue a été perturbée en raison de la grève des cheminots.

Dire « à cause de » signifierait qu’il prend parti et qu’il juge cette grève inutile, infondée, etc.

Ces trois expressions sont toutes suivies d’un substantif : *à cause de que*, *grâce à de que* et *en raison de que* ne sont pas corrects et ne peuvent donc pas être utilisés. Si vous ne connaissez pas le substantif correspondant au verbe, vous pouvez toujours passer par l’expression « le fait que » :

Il n’a pas pu la voir à cause de qu’elle est partie.

Il n’a pas pu la voir à cause du fait qu’elle est partie.

Attention à la locution dû à : beaucoup d’hispanophones et de catalanophones l’utilisent mal. Vous ne pouvez pas la placer en tête de phrase (traduction littérale de debido a). Dû à suit le verbe être :

Le retard des vols est dû à la neige.

Il vous faudra évidemment accorder le participe passé si nécessaire :

Les inondations sont dues au changement climatique.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Tagged , , ,

Amener, emmener, apporter, emporter : quelles différences ?

Beaucoup de francophones natifs se trompent sur l’emploi (et la signification) d’amener et d’apporter. Mais cela ne doit pas empêcher les étudiants de français langue étrangère de parler mieux qu’eux !

Le verbe amener est dérivé de mener et signifie « mener vers » ; grâce à lui, on précise un mouvement en insistant sur le point d’arrivée, la destination. Il est en principe suivi d’un complémentdésignant une personne ou un animal car on amène un être (personne ou animal) qui se déplace par lui-même et qu’on ne porte donc pas.

Quand il vient à la maison, il amène toujours son chien.

Apporter, au contraire, qui dérive du verbe porter, vient du latin apportare et signifie porter quelque chose à quelqu’un. Le complément d’apporter ne peut donc être qu’inanimé. Comme amener,apporter insiste sur le point d’arrivée.

Quand il vient à la maison, il apporte toujours une bouteille de vin.

Les formules « amener avec soi » et « apporter avec soi » sont tous deux des pléonasmes et partantincorrectes.

Reste maintenant à distinguer les verbes emmener et emporter, largement confondus également. Emmener signifie mener avec soi une personne, un animal en mettant l’accent sur le point de départ, sur le lieu que l’on quitte et dont on s’éloigne. De plus, emmener souligne qu’une fois arrivé à destination on reste avec la personne que l’on a emmenée. Logiquement, emporter signifie la même chose pour les objets inanimés.

Il m’emmène danser ce soir.

J’emporte mes papiers d’identité en sortant de la maison.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Tagged , , , ,

Comment prononcer la graphie oi en français

Quelle est la prononciation correcte de la graphie oi ? le e latin est d’abord devenu, en Gaule, ei. Par exemple, me est logiquement devenu mei. Au début du XIIème siècle, cette diphtongue s’est de nouveau transformée en oi et mei s’est donc écrit moi. C’est d’ailleurs l’orthographe actuelle du français.

Mais si la graphie s’est figée voilà déjà un millénaire, la langue parlée a continué d’évoluer et l’orthographe n’a plus correspondu à la phonétique. À la fin du XIIème siècle oi s’est prononcée « oé » puis « oè ». Si vous allez au Québec, c’est d’ailleurs comme ça qu’on prononce.

À la fin du XVème siècle, le peuple de Paris commence à prononcer « wa » ; cette prononciation se répand bientôt à tout le pays et à la Révolution seuls les aristocrates continuent à prononcer « oè ». Plus tard, un célèbre épisode de l’histoire de France montre à quel point la prononciation « wa » était devenue majoritaire. À la Restauration, en 1814, on raconte que, lors de sa montée sur le trône, Louis XVIII aurait prononcé : « Le Roè, c’est moè », ce qui lui aurait valu bon nombre de railleries.

Mais attention ! à la même époque, oi, dans certains mots, commence à se prononcer non pas « wa » mais « è ». On a alors changé la graphie pour ai. C’est pour cette raison, par exemple, qu’il existe le mot français et le prénom François : le premier, à l’inverse du second, a subi la réforme de l’orthographe, ils se prononcent différemment mais sont d’origine commune.

Bref, depuis cette époque, aucun autre changement de prononciation n’est venu changé le cours des choses, et voilà pourquoi la graphie oi se prononce encore aujourd’hui « wa » !

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Tagged , , , , , ,

Classes de français en entreprises

Comme chaque année au mois de septembre, et cela depuis maintenant plus de 13 ans, les classes de français reprennent à VOILÀ. Nous sommes heureux de recommencer une nouvelle année avec nos anciens clients (qui le sont, pour certains, et non des moindres, depuis la naissance de VOILÀ) ; et c’est remplis d’enthousiasme que nous souhaitons la bienvenue aux nouveaux !

Ces dernières années, covid oblige, l’organisation des formations a profondément été modifiée et cela d’une manière telle qu’il est inimaginable de revenir en arrière. En raison de l’essor du télétravail, les classes sont elles-mêmes passées en ligne dans une majorité de cas. La durée des formations s’est également rallongée et il n’est plus rare qu’une entreprise propose une formation en juillet voire en août. Nous nous sommes donc adaptés aux nouveaux impératifs et continuons de nous développer en privilégiant 5 axes :

  1. Nous concentrer exclusivement sur l’offre de cours de français en entreprises
  2. Proposer des classes présentielles et des classes en ligne
  3. Veiller à être constamment attentif aux besoins variés et changeants de nos clients
  4. Privilégier le recrutement de professeurs bien formés et motivés
  5. Ajuster au maximum nos prix

Cette année encore, nous chercherons évidemment à mieux travailler pour satisfaire nos clients, anciens et nouveaux. Comment ? Tout simplement en remettant constamment en cause nos pratiques et nos croyances !

Nous vous souhaitons une excellente année d’apprentissage du français en notre compagnie !

Tagged ,

Liaison et déformations orales incorrectes en français

La détestation de l’hiatus expliquent bon nombre d’« exceptions » grammaticales (généralement incompréhensibles des étudiants de Français Langue Étrangère). Elle est également la raison d’être de la règle de la liaison. Sans entrer dans les détails (certaines liaisons sont obligatoires, d’autres sont facultatives, les dernières sont interdites), la raison même de la liaison est d’éviter l’hiatus. Dans « Un ami », si nous ne faisions pas la liaison (liaison obligatoire en ce cas), nous prononcerions la voyelle nasale « un » suivie de la voyelle a ; afin de l’éviter, les Français font la liaison et disent : un/na/mi

Éviter l’hiatus explique aussi certaines déformations orales, qui, bien qu’incorrectes, n’en sont pas moins fréquentes dans le discours spontané et familier :

  • En principe, Qu’ est la version du pronom relatif ou interrogatif Que devant voyelle : C’est ce que je dis / C’est ce qu’il fait / Qu’est-il arrivé ? ; mais Qu’ devient aussi, à l’oral, la version du pronom relatif Qui devant un mot commençant par voyelle : « L’homme qui est arrivé hier » se transforme à l’oral en « L’homme qu’est arrivé hier ».
  • De la même façon, Tu devient T’ devant voyelle : « Tu es arrivé hier ? » / « T’es arrivé hier ? ».

Bien évidemment, il existe de nombreux cas où l’hiatus ne disparaît pas (on ne peut tout de même pas multiplier les « trucs » pour l’éviter !), comme dans « Il a eu » ou « Ça a été impossible ». Les Français, qui préfèrent prononcer des syllabes constituées d’une consonne et d’une voyelle (ce qui représente à leurs yeux une régularité équilibrée et harmonieuse), sont même obligés, alors, d’articuler des syllabes se réduisant à une voyelle : « Il a eu » = i-la-eu (c’est à dire voyelle/consonne+voyelle/voyelle).

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Tagged , , , , , ,

Écrire facilement des mails simples en français

Beaucoup d’étudiants en français langue étrangère veulent avant tout pouvoir s’exprimer oralement. Beaucoup ont aussi besoin d’écrire de courts mails assez simples. C’est généralement une tache qui fait un peu peur car elle est délicate. Très proche de l’oral, ce type d’écriture (appelée « écriture numérique ») ne correspond pas simplement à l’adoption d’un style oral : elle constitue en quelque sorte un « entre-deux » entre écrit et oral. Un mail trop « oralisé » serait trop familier, un mail trop « écrit » serait ridicule.

Aussi est-il nécessaire de connaître les principales caractéristiques de ces écrits numériques :

  • l’usage prédominant du présent : c’est donc un temps verbal que vous devez maîtriser. Pas de chance, comme pour toutes les langues latines, en français, le présent est le temps verbal le plus compliqué !
  • la fréquence plus importante qu’à l’oral et qu’à l’écrit de pronoms de première personne. Vous pouvez donc consacrer votre effort de mémorisation, si le temps vous manque, sur la morphologie verbale de « Je » et « Nous » (évitez le « on », très utilisé à l’oral mais trop relâché pour un mail professionnel).
  • l’importance de l’utilisation des verbes modaux, c’est à dire pouvoir, vouloir, devoir.
  • les procédés de simplification d’écriture comme les abréviations et les sigles (RV signifie rendez-vous, dispo signifie disponible ou disponibilité).
  • l’écriture phonétique (cette écriture est cependant très familière, et vous devez vous assurer que vos relations avec votre correspondant vous la permettent).

Enfin, sachez que, actuellement, parmi les salutations finales les plus utilisées, vous avez : « À très vite », pour souligner le fait que vous restez en contact étroit avec votre interlocuteur et « Bien à vous », qui présente l’avantage de n’être ni trop formel ni excessivement familier.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Tagged , , , ,

La grammaire française expliquée par la phonétique

Comme toutes les grammaires des langues romanes, la grammaire française est « compliquée », c’est entendu. Mais certains petits trucs peuvent vous aider dans votre apprentissage. Ne pas comprendre à quel point les Français détestent l’hiatus, c’est à dire la succession de deux voyellesappartenant à des syllabes différentes, est se condamner à ne pas comprendre une multitude de « bizarreries ». Car les Français sont très inventifs quand il s’agit d’éviter cet hiatus si désagréable à leurs oreilles. Disons simplement que le principe récurrent est d’intercaler une consonne entre les deux voyelles en question.

Cette détestation de l’hiatus explique donc certaines exceptions grammaticales :

  • L’adjectif démonstratif masculin singulier Ce se transforme en Cet devant un mot commençant par voyelle : Ce stylo / Cet ami
  • L’adjectif possessif féminin à la troisième personne du singulier Sa se transforme en Son devant une voyelle : Sa participation / Son offre
  • Les articles Le et La deviennent L’ devant un mot commençant par voyelle : Le manteau / L’ordinateur et La chaussure / L’école
  • Les pronoms personnels Le et La deviennent également L’ devant un verbe commençant par voyelle : Il l’a reconnue immédiatement / Nous l’écoutons avec attention
  • Certains adjectifs sont transformés : par exemple, beau devient bel et vieux change en vieil : Beau bâtiment / Bel édifice et Beau cheval / Bel homme
  • L’ajout d’un « t » de liaison dans certaines inversions sujet-verbe pour l’interrogation (quand le verbe termine par une voyelle et que le pronom commence lui aussi par une voyelle) : Reviendra-t-il ? A-t-il chanté ?

Parfois, le français ne multiplie donc pas les exceptions grammaticales par pur plaisir (ou par pur malice !).

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Tagged , ,