Blog Monde fictif

Les étudiants ont eux aussi leur blog à Voilà! Voici les vidéoclips qu’ils ont réalisés au fil des ans.
Cliquez sur les articles pour les visionner !

  • Le rugby et la France, un lien incontestable
    Transcription Parler du rugby, c’est parler de la France aussi, sans doute ! Mais n’imaginez pas son origine en terrain français… L’histoire du rugby hésite entre le geste fou d’un lycéen et un lien de parenté avec la « soule » ou le « cad ». Selon quelques-uns, l’histoire commence par une anecdote en 1823. Selon la légende au cours d’une partie de football, William Webb Ellis, élève du collège de la ville de Rugby en Angleterre se serait saisi du ballon à pleines mains pour le porter derrière la ligne de but adverse, au mépris des règles. Le directeur du collège aurait ensuite favorisé la pratique de ce football dans son école. Selon quelques irlandais WWE s’était inspiré du « cad », un sport qu’il avait pratiqué en compagnie de ses cousins. D’autres, au contraire, jurent que ce sport est un descendant direct de la « soule », un jeu ancestral très pratiqué au Moyen Âge pendant lequel chaque village défendait sa réputation. Au milieu du XIXè  siècle, le rugby n’est qu’une forme particulière de football, dont les règles varient d’un établissement à l’autre. Il se différencie par la possibilité de porter le ballon, qui n’est pas encore ovale, et par la capacité de stopper l’adversaire par un coup de pied ou un croc en jambe. Le rugby devient un sport national en Grande-Bretagne avant d’arriver en France où le premier club de rugby à XV est créé au Havre en 1872. Mais c’est en 1906 qu’a lieu le premier match international d’une équipe de France. A partir de ce moment-là, le souvenir français est plein de faits et de gestes historiques. Il y a plus de 40 ans que  l’équipe de France se maintient à un très haut niveau sur la scène internationale. Elle pratique un jeu offensif qui est très apprécié par les amateurs de rugby à XV, en France et à l’étranger où on l’appelle le Beau jeu. Mais depuis le 15 mars 2008, elle occupe le septième rang au classement des équipes nationales de rugby et on attend fébrilement la Coupe du monde. Les Bleus comme on les appelle à cause de leur maillot ont un autre symbole largement reconnu, le coq. Les coqs et certains supporters ont l’habitude d’amener et de lâcher un coq vivant sur le terrain de jeu avant un match. Et en plus, une curiosité,  si quelqu’un de vous veut voir un mélange de la culture catalanofrançaise, n’hésitez pas à voir jouer l’USAP au Stade Aimé Giral, au cœur de Perpignan. Vous serez encerclés par des centaines de drapeaux catalans. Vous ne saurez plus ou vous êtes !   Read more »
  • Albert Kahn et Les Archives de la Planète
    Copyright des images:  © Musée Albert-Kahn – Département des Hauts-de-Seine En 1871, après la défaite de l’armée de Napoléon III, l’Alsace et la Lorraine ont cessé d’être françaises pour faire partie de l’Allemagne, cet événement a profondément touché Albert Kahn qui à ce moment-là n’était qu’un gamin d’11 ans. Quelques années plus tard, en 1908, Kahn était un banquier millionnaire installé à Paris, c’est alors qu’il fait la découverte d’une invention extraordinaire des frères Lumières, l’autochrome. Un nouveau procédé photographique grâce auquel il était possible de faire des photos en couleur. L’autochrome utilisait des grains microscopiques de fécule de pomme de terre, teints en rouge, vert et bleu, saupoudrés sur une plaque en verre. Ce processus de photo en couleur était plus efficace et abouti que ceux qui existaient auparavant. Kahn, un profond pacifiste, était convaincu que cette invention pouvait être un outil parfait pour connaître les différentes cultures de la planète, et de cette façon, rendre plus facile la paix entre les peuples. Il a donc embauché, pendant plus de 20 ans, des photographes qui ont voyagé dans le monde entier. En 1931, Kahn a malheureusement arrêté son projet parce qu’à cause du crash boursier de Wall Street, il avait perdu sa fortune. À Boulogne-Billancourt, dans le département des Hauts-de-Seine, il y a son musée, avec presque 120 heures de films, 4.000 photographies en noir et blanc, et plus de 72.000 autochromes. Un trésor artistique et un témoignage extraordinaire de toute une époque, de plusieurs pays qui, pendant le premier tiers du XXème siècle, étaient en train de vivre des moments cruciaux de leur histoire et, en définitive, des façons de vivre qui étaient à ce moment-la sur le point de disparaitre. Read more »
  • À la queue leu leu
    Non! Rassurez-vous, nous n’allons pas chanter et danser sur cette chanson festive et gentiment moqueuse, à l’origine, du tourisme de masse. A la queue leu leu, c’est notre expression du jour! C’est d’abord amusant à dire: à la queu leu leu! ce son « eu » répété qui est parfois si difficile à prononcer et si français. On croirait entendre les Français hésiter ou réfléchir : « Heu… » Et puis sa graphie est intéressante aussi, avec les groupes de lettres «eu» qui se suivent les uns derrière les autres. C’est d’ailleurs logique tout ça: à la queue leu leu signifie «l’un derrière l’autre» ou encore «en file indienne». Mais d’où vient ce «leu» qui se répète? qu’est-ce que ça veut dire? Le dictionnaire nous apprend que c’est la forme ancienne de loup. Bon, mais: «à la queue loup loup», ça ne veut pas dire grand chose non plus ! Il faut encore creuser la question. En ancien français, on pouvait rejeter le sujet en fin de proposition, se passer de déterminant ou construire un complément de nom sans préposition. «A la queue leu leu» peut donc se lire «A la queue [du] leu [le] leu» Les loups, du moins quand il y en a encore, se déplacent en bande et se suivent l’un l’autre, donc chaque loup est à la queue du loup qui le précède, et les voilà tous qui marchent «à la queue leu leu»! Read more »
  • Découvrez le site Canal-U
    Découvrez Canal-U, la vidéoteque numérique de l’enseignement supérieur. Tapez http://www.canal-u.fr et vous entrerez dans un petit univers de connaissance en ligne comportant plus de 4.000 vidéos issues du monde universitaire français. Devant vos yeux, en accès libre et gratuit, des cours filmés, des conférences et des documentaires dans toutes les disciplines d’étude, soit scientifique soit humaniste. Vous pouvez fouiller dans les archives du site en recherchant selon l’université productrice de la vidéo, ou bien par auteur, dans une liste alphabétique exhaustive. Mais le mode de recherche le plus intuitif est sans doute le thématique: choisissez parmi plusieurs catégories et sous-catégories jusqu’à trouver les conférences les plus proches de votre centre d’intêret. Par contre, si vous préférez plutôt dénicher une vidéo au hasard, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil sur les “actualités” et les “dernières mises en ligne” disponibles à l’accueil. Une fois que vous avez choisi votre vidéo, vous verrez (en plus du fichier audiovisuel) quelques informations sur le contexte, tel qu’un bref résumé par écrit des contenus ou des coordonnées de l’auteur. Parfois vous y trouverez aussi un petit découpage des sujets que sont présentés dans la conférence. Cliquez sur un titre et vous accéderez directement au moment du discours où l’auteur parle de cette question concrète. Plongez dans cette énorme source de savoir, et votre envie d’apprendre fera le reste! Read more »
  • Saint-Georges: le symbole d’une culture et une tradition
    Transcription Vous ne connaissez pas la Catalogne? Alors, le 23 avril c’est un jour magnifique pour la visiter. Toutes les rues des villes et des villages du pays sont pleines de livres et de roses qui donnent un air de charme à la fête. C’est le jour du livre parce qu’on commémore la mort de Miguel de Cervantes et aussi le jour de la rose grâce à Saint-Georges.   Saint-Georges est le patron de la Catalogne et il est devenu aussi le patron des amoureux. Et pour quoi cet honneur? Faites attention à l’histoire ! (musique) La légende raconte l’histoire de Saint-Georges contre le dragon qui s’est passé à Montblanc… Depuis longtemps, un dragon terrorisait les environs de cette petite ville. Il dévorait les animaux jusqu’au point de menacer l’intégrité des habitants. Afin d’apaiser la fureur du monstre et l’empêcher d’anéantir la ville entière, les habitants arrivèrent à l’accord de lui offrir chaque jour deux brebis. Mais bientôt, les brebis manquaient et les habitants décidèrent de lui livrer un habitant, tiré au sort parmi la population. Aucune famille ne fut exemptée du tirage au sort et un jour le sort désigna pour victime la fille unique du roi. Alors que le dragon s’approchait  d’elle pour la dévorer, un cavalier apparut et frappa le dragon à mort : c’était Saint-Georges ! Des jours après, un rosier de roses rouges poussa là où s’était répandu le sang du dragon. Depuis ce fait-là, la tradition catalane veut que les hommes offrent une rose rouge a leur aimée.(musique) C’est pour ça que des siècles plus tard, c’est encore une fête traditionnelle vivante et que célèbre tout le monde en Catalogne !   « Le monde fictif » vous donne une bonne recommandation. Si vous voulez vivre de nouveau l’histoire de ce chevalier et sa lutte avec le dragon, vous devez visiter la « Semaine Médiévale de Montblanc » qui, pendant ces jours, revit son passé médiéval. Vous serez transportés, sans doute, au Moyen Âge. Pendant deux semaines les rues et les places se garnissent de drapeaux aux maisons nobles de la ville et les anciens étendards seigneuriaux pendent aux tours et aux remparts. Cette fête a été déclarée « Fête d’Intérêt National » de la Catalogne pour sa fidélité et sa rigueur historique. Vous y êtes tous invités ! Profitez-en ! Read more »
  • Barcelone est un musée !
    Aujourd’hui, Le Monde Fictif vous propose une approche de l’art de votre ville, celui qu’on trouve quand on se promène dans les rues et qui ne nécessite pas d’aller dans un musée. Parce que la ville même de Barcelone est un musée en plein air. Notre ville est pleine de sculptures qui se cachent parmi les rues et c’est justement pour cela, parfois, que les habitants ne les connaissent pas beaucoup. Il y en a quelques-unes qui sont connues mondialement, comme c’est le cas de « Femme et oiseau » de l’artiste Joan Miró. Il y en a aussi d’autres, qu’on a peut-être vues mais pour lesquelles on ne s’est jamais demandé pourquoi elles sont là ou qui les a réalisées. C’est le cas, par exemple, de « La tête de Barcelone », une œuvre de l’un des pères du Pop Art, Roy Lietchenstein, qui est située dans l’avenue Colon juste à l’entrée du vieux port. Mais, apparemment, il y a certaines sculptures qui ne *connaît* qu’un numéro très réduit de personnes et qui sont, pourtant, de véritables œuvres d’art. Est-ce que quelqu’un a eu la chance de voir quelquefois cette œuvre, placée à côté de la mer, et qui s’appelle « Une chambre où il pleut toujours » ? C’est une sculpture de l’artiste espagnol Juan Muñoz qui est placée là-bas depuis l’année de Jeux Olympiques, 1992, et qui montre un groupe de personnages dans une cage où évidemment la pluie entre quand il pleut ! Quelqu’un a-t-il pu voir, quand il est placé en face de l’impressionnant bâtiment du Musée d’Art Contemporain de Barcelone, une autre œuvre d’art qui ne soit pas le bâtiment blanc ? Cependant, en bas, à droite, il y a un petit cube noir qui a été fait par Jorge Oteiza, artiste basque, et qui s’appelle « La ola ». La liste des sculptures publiques ne finit pas du tout ici, mais c’est le moment de vous laisser découvrir tous les autres trésors cachés de votre ville, Barcelone. Read more »
  • Les fleurs (gagnant du concours vidéo)
    Dans notre école, nous avons des fleurs. Elles sont toutes très différentes. Il y a du jasmin. Les fleurs sont blanches et petites et ça remplit beaucoup d’espace. Les pétunias sont très rouges. C’est comme des roses mais elles n’ont pas de pétales. Quand on les voit, elles attirent l’attention. Ici ce sont des roses qui ont beaucoup de pétales et on voit pas le pollen. C’est très joli mais on ne voit pas beaucoup parce que c’est un type de rose rose. On appelle ça fleur rouge mais on ne sait pas comment ça s’appelle. Quand on la touche c’est très doux. En touchant la menthe on peut la sentir sans besoin de l’arracher. On peut aussi la manger. Au début on pense que ce n’est pas comestible mais à la fin c’est bon. Le vert de la menthe est très clair. La lavande n’a pas encore de fleurs. Il y a plus de feuilles que de fleurs. Elle est violette claire. La fleur est très longue. Read more »
  • Le gagnant du concours de vidéo !
    Vous êtes nombreux à nous suivre mais peu se sont lancés dans notre concours et cela a été très facile de choisir la meilleure capsule : comme l’équipe de Anna Ll., María M., Bruno D., Pau M., Lidia A., Nicolás Z. et Lucia C., a été la seule à concourir : c’est elle qui gagne ! Ils ont 10 ans, sont Catalans et apprennent le français depuis 5 ans. Bravo à tous les 6 (et à leur professeur Contxi) pour leur vidéo sur de jolies fleurs ! Ils recevront des livres en lecture facile offerts par Clé International. On vous retrouve en septembre ! Bon été ! L’équipe du Monde Fictif Read more »
  • La drogue Ikea
    Prix bon marché, accoutumance imperceptible, plaisir du montage, joie de la promenade, rêve, c’est la drogue Ikea qui fait des ravages en Europe et maintenant dans le monde. Nous avons rencontré J., qui souffre depuis 8 ans d’addiction à Ikea et a accepté de témoigner à visage caché. – Comment cela a-t-il commencé ? – Bon, en 2002, à l’occasion d’un déménagement, on avait besoin d’une table de chevet, et bon tout naturellement nous sommes allés à Ikea. Et, bon, on était très contents parce que c’était pas cher. – Et puis ? – Et puis !… Le jour d’après, j’ai soudainement eu envie d’acheter une lampe. Et bon, donc, j’y suis allé encore une fois et le surlendemain, encore une fois, seul, parce que ma femme n’avait pas vraiment envie d’y aller, et bon tout ça c’est comme ça, c’était pour acheter un porte-serviettes. Et voilà, comme ça tout a commencé, ça a été l’engrenage, et voilà, je me suis mis à y aller tous les jours. Et si je ne pouvais pas y aller, à cause de mon travail ou de… à cause de… de raisons d’argent, j’étais nervieux [nerveux], irritable, même grognon. Et, bon, même un jour, j’en suis arrivé à acheter 3 lits doubles en une seule journée… J’adorais aller à la cafétéria pour manger quelque chose, prendre mon café, manger les boulettes… – Vous ne pouviez plus vous arrêter ? – Non. – Et vous avez dépensé beaucoup en 8 ans ? – Oh oui oui ! beaucoup, beaucoup… c’était… En fait, j’y claquais tout mon salaire. Et voilà, j’avais des dettes partout, mes amis, la famille, la banque… Ma femme est partie… Et voilà, j’ai vendu ma maison. – Et vous mettiez où vos meubles alors ? – Je louais un garde-meuble, c’était la seule solution possible. Aujourd’hui, après une cure de désintoxication longue et difficile, J. est en bonne voie de guérison. Mais rien n’est encore gagné. Durant notre reportage, comme nous voulions prendre quelques images de J. à Ikea, la drogue a été une nouvelle fois plus forte. Read more »
  • Publication sous forme de capsules des premiers numéros
    Bonjour à tous! Les deux premiers numéros du Monde Fictif avaient été publiés (il y a déjà 3 ans!) sous forme de journaux télévisés regroupant plusieurs capsules. Il était donc impossible d’avoir directement accès à chaque reportage. Au cours des semaines qui viennent, nous republierons séparément ces différents sujets. Cette semaine: « Barcelone est un musée ». Vous verrez que nos premières capsules étaient loin d’être parfaites! Nous espérons que cela vous encouragera à nous envoyer vos capsules pour notre concours! Á bientôt! Read more »
  • Le Monde Fictif lance son grand concours de capsules vidéo !
    true
    1. La durée de la capsule doit être comprise entre 0 et 10 minutes. 2. Toute vidéo doit être accompagnée de sa transcription textuelle. 3. Le contenu de la capsule (audio et texte) doit être exclusivement en français. 4. Le matériel audiovisuel doit respecter les droits d’auteur, soit parce qu’il s’agit d’une création soit parce que le matériel est libre de droit. 5. Le sujet des capsules est entièrement libre mais celles au contenu offensif ne seront pas acceptées. 6. Les capsules devront être téléchargées sur http://dl.free.fr/ aux formats MPEG-4 (.avi) ou H.264 (.mov), et il faudra ajouter l’adresse mél du Monde Fictif (jtmondefictif@gmail.com) à la liste de notification. 7. Les participants devront mentionner leur nom, âge, nationalité et adresse mél (pour les mineurs de moins de 18 ans, le nom et l’adresse mél d’un responsable devra être indiqué) 8. L’envoi d’une capsule implique l’acceptation de toutes les bases du concours, ainsi que la cession des droits à durée indéterminée pour que le Blog JT Monde Fictif puisse publier toute ou une partie de son contenu sur Youtube, le Blog même ou d’autres sites. 9. Dès que vous aurez décidé de participer au concours, envoyez-nous un mél à jtmondefictif@gmail.com : si vous avez des difficultés à faire votre capsule nous serions heureux de pouvoir vous aider ! 10. Toutes les capsules ayant participées au concours seront publiées sur le blog du Monde Fictif. 11. La meilleure capsule désignée par le jury gagnera un lot de matériel didactique en Français Langue Étrangère offert par Clé International. 12. Les paramètres que le jury prendra en considération seront : a. L’originalité et la qualité du contenu et de la présentation b. L’intérêt du contenu c. Le niveau général de la langue (toute vidéo gagnante, même imparfaite du point de vue de la langue, devra être compréhensible par un francophone) 13. Le résultat du concours sera publié le 15 juin 2010. Alors : à vos caméras, nous attendons tous vos capsules! Et bon courage!!! Vous avez jusqu’au 1er juin 2010 pour nous faire parvenir vos vidéos. Read more »
  • Une artiste du crochet et des fleurs en tissu
    Je vous présente Séverine le Doré, barcelonaise d’adoption, c’est une artiste qui fait des fleurs en tissu et du crochet. 1. Je mets en relation le crochet avec la grand-mère qui travaille dans un fauteuil confortable, mais ce que vous faites est très créatif et comtemporain. Comment et quand vous avez commencé le crochet ? Séverine: Oui, en effet, c’est un peu l’image qu’on a tous du crochet: de la grand-mère, un peu obsolète; c’est l’image dont… j’avais aussi. Et euhh… on va dire j’ai commencé le crochet il y a à peu près deux ans, euh, pour travailler sur ce thème-là. Euhhh… comment expliquer… je suis pas spécialement une spécialiste du crochet, c’est juste que j’utilise cette technique pour exprimer des choses en fait; pour trouver un volume, pour trouver dans ce cas précis tout un jeu d’ajourés, qui était très intéressant. Euh c’est un thème justement sur Barcelone. Je suis partie sur les décorations des murs de Barcelone que je trouvais très très beaux. [… ?] ces histoires de fleurs, de bas-reliefs. Et donc, pour donner cette idée de volume et de matière qui ressorte donc, ben, j’ai utilisé le crochet. Ça me permettait de travailler différentes matières, différentes brillances, également. […?] différentes matières, de rubans, des lurex qui donnent beaucoup plus de richesse. Euh eh voilà. Ce qui m… je le travaille d’une manière différente aussi de ce que les autres peuvent peut-être le travailler. C’est à dire que je travaille que des toutes petites pièces que j’assemble après, quoi. C’est comme des compositions, c’est euh… je cherche des euh… des graphismes plus qu’autre chose, enfin, des mouvements comme ça. 2. Depuis combien de temps vous travaillez avec des fleurs? Séverine: Euh bah j’ai fait à peu près… j’ai commencé à faire des accessoires il y a a peu près dix ans et j’ai toujours commencé… j’ai toujours travaillé la fleur sous d… différentes formes euh car c’est un thème qui euh qui est grand, qui me permet d’exprimer beaucoup de choses et qui correspond à la femme, à pleine formes de femme. Voilà. 3. Vos fleurs sont très belles et poétiques. Est-ce que vous les copiez de la nature ou elles sont nées de votre imagination? Séverine: Oui, je m’inspire beaucoup de la nature pour ce qu’elle est, pour sa force, pour son côté poétique, pour son côté euh tragique, arraché, pour s… plein de côtés; c’est pas juste la beauté des fleurs, c’est tout ce qu’elles expriment. Et pas que les fleurs aussi, la nature aussi, tout ce qu’elle peut exprimer, et pas toujours le bon côté des choses, quoi. C’est à dire pas toujours le côté beau et merveilleux qu’on voit. J’aime beaucoup tout ce qui est arraché, toutes les… tout… comment on dit, tout ce qui se superpose, tout justement ce qu’on peut voir dans la nature, quand les plantes prennent possession sur des murs ou la mousse qui réapparaît, voilà, c’est tout ça qui m’intéresse et c’est tout ce que j’essaie de faire ressortir dans mon travail également, par des broderie, de surbroderies et des mélanges de matières. 4. J’ai vu dans votre blog une poème de Fernando Pessoa, le mystère des choses. Pour le voir, faut-t-il un certain regard qu’on a tendance à perdre? Séverine le Doré : Oui, j’aime beaucoup ce poème, Le mystère des choses. Effectivement, je crois qu’il faut aller plus loin, qu’il faut pas s’arrêter à ce que sont les choses : qu’est-ce qu’il y a derrière les choses ? Qu’est-ce qu’elles représentent réellement ? J’ai mis ce poème parce que je travaillais justement sur ce qu’étaient les écharpes, et j’ai essayé de détourner et de chercher dans des formes… quelque chose de différent, pas s’arrêter à la longue écharpe rectangulaire et aller plus loin. Et malgré tout : qu’est-ce qu’il y a derrière encore les choses quoi ? Est-ce qu’elles sont ce qu’elles sont ? est-ce qu’elles représentent ce qu’elles sont, réellement ? 5. Avec l’invention de la machine, le travail artisanal a presque disparu. Est-ce que l’artisan a un futur ou il a perdu la bataille contre l’industrialisation totale des objets? Séverine le Doré : C’est une question assez difficile ! J’espère que non, que l’artisan a pas perdu la bataille. Effectivement, il tend à disparaître, je crois malgré tout qu’il en restera toujours parce qu’on en a besoin, parce que c’est comme ça, parce que il y a des gens qui s’expriment de cette manière. Donc je crois que l’artisant malgré tout existera et continuera, de moins en moins, et ça a déjà commencé depuis longtemps. Ce qui m’ennuie, c’est plus en terme d’éducation après, ce que recherchent les gens et ce qu’ils voient tous les jours, c’est à dire des produits superindustrialisés et avec peu d’âme, voilà. 6. La machine fait des objets banals parce qu’ils sont produits en grand quantité. Pensez-vous qu’il y aura un marché où les personnes cherchent quelque chose de différent et fait à la main? Séverine le Doré : Une chose est sûre, c’est qu’on ne peut pas aller contre l’industrialisation, elle est là, et… un march… bien sûr j’espère, je lutte pour ça, pour qu’il y ait, qu’il existe un marché de choses faites à la main, enfin de pièces faites à la main, de petites quantités, de petites séries, je travaille quasiment que sur des pièces uniques et des petites séries, justement pour pas tomber dans cette… dans ces marchés de grosses quantités, quoi ! J’avais pas du tout envie. Et, oui, c’est une question d’éducation, il faut éduquer les gens à rechercher la qualité, la différence, ces choses-là quoi ! Ce qui est un peu dommage, c’est qu’on est un peu dans une… dans un moment où tout le monde se ressemble un peu quoi ! et plus personne ne cherche des choses différentes quoi ! Mais bon ! malgré tout je crois qu’il restera un marché, petit, mais il restera un marché, quoi ! Read more »
  • Une nouvelle façon de voyager avec Couch Surfing et Hospitality Club
    Tu aimes bien connaître les endroits que tu visites? Sortir du parcours le plus touristique? Il te manque parfois le contact avec les habitants? Une nouvelle façon de voyager est possible grâce aux réseaux d’hospitalité sur Internet. Ce type de plateforme met en contact direct ceux qui veulent voyager avec ceux qui veulent accueillir pour avoir une expérience plus riche et humaine. Les deux sites le plus importants sont Couch Surfing et Hospitality Club. Pour s’inscrire sur ces sites il faut juste créer un profil avec un minimum d’information personnelle pour que les autres puissent évaluer ta compatibilité et ta disponibilité. En particulier, on doit indiquer si on peut offrir un logement et pour combien de gens, si on habite seul ou en collocation, ou si on a des animaux, entre autres. Même si ce n’est pas obligatoire, il est habituel de partager au moins une soirée, un dîner ou une visite touristique avec les invités. C’est l’occasion de visiter les endroits inconnus, prendre un verre dans un bar à la mode ou, tout simplement, voir la ville du point de vue d’une personne locale. Quand on a trouvé un candidat pour nous accueillir, les sites nous permettent d’échanger des messages pour se mettre d’accord sur les dates d’arrivée et de départ et les détails du logement comme par exemple s’il faut apporter des sacs de couchage ou des serviettes. Après, il faut juste profiter de l’expérience et se sentir comme chez soi. C’est une bonne occasion pour pratiquer une langue, apprendre des recettes exotiques ou s’engager dans des discussions de tout type. Ces plateformes d’hospitalité ont des milliers d’utilisateurs de tous les âges et la plupart semble content: Témoignage d’Alicia et Thomas: Thomas: Salut tout le monde, c’est Thomas et Alicia, membres d’Hospitality Club. Alicia: Donc nous nous sommes inscrits sur Hospitality Club il y a quelques années parce que nous avions envie de découvrir des personnes d’autres pays, d’échanger avec eux soit en les accueillant chez nous soit en allant directement chez eux. Thomas: Quand on les accueille chez nous, ce qui est assez sympa c’est qu’on peut partager notre culture et découvrir un peu la leur, montrer la façon dont on vit  et sortir un peu du quotidien, et permettre de nous évader un peu chez nous en fait. Alicia: Oui, et de voyager en restant chez soi. Et puis, parfois même, du coup, de voyager en allant chez les autres et là à ce moment là ça nous permet de nous imprégner des habitudes des gens, de découvrir les villes, les pays, autrement, et de sortir en fait du tourisme un peu ordinaire. Thomas: Globalement, on a remarqué que les gens qui étaient inscrits sur Hospitality Club étaient souvent curieux, intéressés par le monde qui les entoure, et dans la quasi totalité très très sympathiques. Témoignage d’Arnau: Arnau: « Bon, salut, je m’appelle Arnau et je suis membre de l’Hospitality Club depuis 2 ans. On l’a connu par un ami qui a fait un voyage en train en Europe, et il a trouvé un logement plusieurs fois grâce à ce Club. Donc je me suis dit que c’était une bonne idée et j’ai voulu essayer aussi. Le meilleur de l’Hospitality Club c’est que ça marche dans les deux sens: c’est bien pratique quand on part ailleurs mais c’est aussi génial pour connaître des gens super qui visitent ton pays, et ça sert à redécouvrir ta ville grâce à chaque nouvelle visite. Il faut remarquer que le logement n’est pas forcément réciproque, donc normalement on se loge chez des inconnus mais pour moi ça rend l’expérience encore plus enrichissante. En fait, je me suis fait pas mal d’amis dans l’Hospitality Club, même si la durée habituelle du séjour ne dépasse pas trois jours. Un des aspects qui me fascinent le plus c’est que c’est entièrement géré par des benévoles. Ils revoient les pétitions d’entrée, ils filtrent les messages non-voulus et aident les utilisateurs avec leurs doutes et problèmes. » Puisqu’on ne paie jamais pour ce logement, c’est une bonne façon de voyager en temps de crise. Si en plus on arrive à mieux connaître la culture et les habitants d’une région, l’expérience finale est très complète et satisfaisante. Read more »
  • Reprise prochaine de nos publications !!
    Bonjour à tous ! Quelques mots pour vous dire de ne pas vous impatienter : d’ici à 2 semaines (grosso modo, nous n’avons pas encore de date officielle) nous reprenons la publication régulière de nos capsules. Au programme prochainement : l’interview d’une artiste française à Barcelone, un reportage sur les réseaux d’hospitalité sur Internet, un nouveau chapitre du chasseur d’expressions, et bien d’autres choses encore ! A bientôt ! L’équipe du Monde Fictif Read more »
  • Le Monde Fictif Chante!
    La chaleur est déjà là. La fin de cours est arrivée. Les vacances dont tout le monde rêve sont en train de commencer. Et nous avons fait une dernière capsule pour finir l’année scolaire. Presque toute l’équipe a participé. Nous voulons vous remercier d’avoir suivi nos vidéos et en même temps nous vous souhaitons de bonnes vacances. S’il vous plaît, ne travaillez pas trop pendant les vacances ! Nous espérons vous revoir le semestre prochain. Je chante Je chante soir et matin Je chante sur mon chemin Je chante, je vais de fermes en châteaux Je chante pour du pain je chante pour de l’eau Je couche La nuit sur l’herbe des bois Les mouches Ne me piquent pas Je suis heureux, j’ai tout et j’ai rien Je chante sur mon chemin Les elfes Divinités de la nuit Les elfes Couchent dans mon lit La lune se faufile à pas de loup Dans le bois, pour danser, pour danser avec nous Je sonne Chez la comtesse aujourd’hui : Personne Elle est partie Elle n’a laissé qu’un plat d’riz pour moi Me dit un laquais chinois Je chante Mais la faim qui me poursuit Tourmente Mon appétit Je tombe soudain au creux d’un sentier Je défaille en tombant et je meurs à moitié « Hé ! Gendarmes, Qui passez sur le chemin Gendarmes Je tends les mains Pitié, j’ai faim, je voudrais manger Je suis tout léger… léger… » Au poste D’autres moustaches m’ont dit Au poste « Ah ! mon ami, oui, oui, oui, C’est vous le chanteur… le vagabond ? On va vous enfermer… oui votre compte est bon. » Non, ficelle Tu m’as sauvé de la vie Ficelle Sois donc bénie Car, grâce à toi, j’ai rendu l’esprit Je m’suis pendu cette nuit… et depuis… Je chante ! Je chante soir et matin, Je chante sur les chemins Je hante les fermes et les châteaux Un fantôme qui chante, on trouve ça rigolo Et je couche La nuit sur l’herbe des bois Les mouches Ne me piquent pas Je suis heureux, ça va, j’ai plus faim Et je chante sur mon chemin Read more »
  • Dans l’ouest americain
    Transcription: Richard Avedon a été un des photographes les plus importants du XXème siècle. Né à New York en 1923, il a commencé à être reconnu grâce à son travail dans le monde de la mode et de la publicité dans des magazines comme « Vogue », « Life » et «  Harpper’s Bazaar ». Il faut aussi souligner ses photos comme reporter-photographe, par exemple dans l’Italie des années 40, ou son témoignage du mouvement des droits civils aux Etats-Unis et du mouvement contre la guerre du Vietnam. De plus tout au long de sa vie il a photographié de nombreuses personnalités de la politique et du monde du spectacle . Alors que son œuvre est donc tout à fait diverse, nous voudrions attirer l’attention sur son travail de portraitiste « In The American West ». Entre les années 79 et 84 il a parcouru 17 états à l’ouest des Etats-Unis pour photographier plus de 700 personnes. Il faisait toujours les photos à l’extérieur et à l’ombre en utilisant comme fond un simple papier blanc de 3 mètres de large pour 2 mètres de hauteur. Avedon était toujours placé à gauche de l’appareil et près du modèle, de cette façon ils commençaient tous les deux, un jeu de regards, de mots et d’intentions pendant de longues séances.          Il n’y a pas de sourires, il y a la dignité de gens qui ont souvent une vie dure, des types introvertis qui luttent pour vivre ou même survivre. Ils n’ont pas été choisis de manière aléatoire, leurs visages sont le paysage de l’ouest qu’Avedon veut nous montrer. En utilisant les propres mots du photographe : –Un portrait n’est pas une ressemblance. Dès lors qu’une émotion ou qu’un fait est traduit en photo, il cesse d’être un fait pour devenir une opinion. L’inexactitude n’existe pas en photographie, toutes les photos sont exactes. Aucune d’elles n’est la vérité. Read more »
  • Loin de France
    Les baguettes, les croissants, la Tour Eiffel, le vin, la bonne cuisine, le champagne, le tour de France, le carnaval, les Alpes, la côte d’azur, le rugby, le SMIC, les 35 heures, le savoir faire, la République… Oh là là! Quelle est bonne et belle la vie en France! Probablement des milliards de personnes donnerait n’importe quoi pour habiter en France. Pourtant tous les jours il y a des gens qui la quittent pour commencer une nouvelle vie ailleurs. Qu’est-ce qu’ils cherchent? Pour quoi est-ce qu’ils décident de partir? Est-ce qu’ils pensent à rentrer? Allons parler avec eux pour les y demander: (questions à poser aux interviewés) -Quand est-ce que tu es parti de France et pour quelle raison? -À ton avis, pour quoi les gens quittent la France? -Es tu content de ta vie actuelle à barcelone? -Est-ce que tu as pensé à l’option de rentrer en France? Pour quoi? Quand? -Qu’est-ce qu’il te manque de la France? -Est-ce que tu as changé tes habitudes ou tu continues à vivre comme en France? -Tu te sens bien intégré ici? -Tu vois ton futur encore loin de la France? (à Flavie: Pour quoi as tu choisi Barcelone et pas Paris?) Ces sont plusieurs les raisons pour lesquelles les français quittent leur pays: le travail, les études, la famille, l’amour ou tout simplement le désir de voyager et découvrir un nouvel endroit. En tout cas, les petits plaisirs et le savoir faire français les accompagnent n’importe où ils décident d’aller. Les baguettes, les croissants, la Tour Eiffel, le vin, la bonne cuisine, le champagne, le tour de France, le carnaval, les Alpes, la côte d’azur, le rugby, le SMIC, les 35 heures, le savoir faire, la République… Oh là là! Quelle est bonne et belle la vie en France! Probablement des milliards de personnes donneraient n’importe quoi pour habiter en France. Pourtant tous les jours il y a des gens qui la quittent pour commencer une nouvelle vie ailleurs. Qu’est-ce qu’ils cherchent? Pour quoi est-ce qu’ils décident de partir? Est-ce qu’ils pensent rentrer? Allons parler avec eux pour le leur demander: Q: Quand est-ce que tu es parti de France et pour quelle raison? Flavie: Quand est-ce que je suis partie de France? Je suis partie il y a cinq ans, en 2003 et je suis partie parce que j’avais envie d’apprendre une nouvelle langue. Je parlais déjà anglais et j’avais envie d’apprendre l’espagnol, et puis vivre un peu ma vie de jeune. Sam: Je suis parti de France en Septembre 2000. Je travaillais à Paris et mon chef pour qui je travaillais  s’est fait muter à Barcelone. Il m’a proposé de suivre et j’ai suivi. Javier: Je suis parti de France ça fait déjà trois ans et demi. Je suis parti parce que je voulais venir à Barcelone. J’avais fait mon stage de fin d’études à Barcelone il y a six ans. Je suis retourné à Paris à travailler, donc j’avais envie de revenir à Barcelone et j’ai eu une opportunité professionnelle pour venir travailler à Barcelone, donc j’ai sauté sur l’occasion et je me suis installé ici. Q: À ton avis, pourquoi les gens quittent la France? F: Je ne pense pas qu’il y a beaucoup de gens qui quittent la France. Je sais qu’il y a beaucoup de Français ici mais à mon avis il n’y a que peut-être 1% des Français qui quittent la France et s’ils la quittent c’est parce que… ben, pour plein de choses: parce que les loyers sont chers, la vie est chère, je ne sais pas, pour avoir une expérience. J: Je pense qu’on essaie toujours de chercher ce que l’on a pas. S: Je ne suis pas parti de France parce que ça me déplaisait mais parce que j’ai eu l’occasion d’aller ailleurs et voilà. Q: Qu’est-ce qu’il te manque de France? S: Par exemple l’Orangina -on en trouve pas encore ici, ça viendra sûrement un jour, les Carambars, il y a bien Quick qui est venu -Quick a ouvert à Barcelone il y a maintenant trois mois, je crois, donc, ça viendra peut-être. Ce sont les petites choses qui manquent. F: La cuisine, mais bon on retrouve pas mal de produits ici, c’est pas non plus pas très très loin, enfin, c’est à côté. Je pense pas avoir pas du tout le mal du pays. Je me suis bien adaptée. Q: Est-ce que tu as changé tes habitudes ou tu continues à vivre comme en France? J: Evidemment, quand on vit à l’étranger on change ses habitudes. Typiquement, à 9h ou 9h30 je descends chaque jour prendre mon café et un petit sandwich avec mes collègues du travail. S: On est obligé de changer d’habitudes quand on vient ici. On est obligé de s’adapter forcément aux horaires. F: Je mange beaucoup plus tard, je me couche plus tard et je me lève plus tard. S: On est obligé de suivre le rythme si on veut s’intégrer, on n’a pas le choix. Q: Es tu content de ta vie actuelle à Barcelone? S: La différence, elle est énorme: le niveau de vie est meilleur, c’est beaucoup moins stressant, le temps… n’en parlons pas, la plage… J: À Barcelone on a la chance d’être dans une ville cosmpolite et donc on a la chance de cotoyer des gens qui viennent de pleins de pays, de pleins d’endroits différents. Je pense que les étrangers ont la chance de pouvoir s’intégrer facilement. Q: Est-ce que tu as pensé à l’option de rentrer en France? Pourquoi? Quand? F: Non, pour l’instant je ne pense pas rentrer en France, j’ai aucune envie de rentrer en France. J’aurais l’impression de régresser un peu. Peut-être que je partirai de Barcelone mais pour aller vivre ailleurs, mais pour l’instant pas en France. S: Non, j’ai pas vraiment… je ne pense pas vraiment rentrer en France. Ce qui me manquerait le plus, enfin ce qui me manque le plus, ça serait plutôt les amis, parce que je les vois beaucoup moins souvent forcément. J: On pense toujours à l’option de retourner à sa ville d’origine parce qu’on a sa famille là-bas, on a ses amis là-bas, mais c’est quelque chose qui change au fur du temps, on  y refléchit mais c’est pas quelque chose que j’ai dans ma tête actuellement. Voilà donc plusieurs des raisons pour lesquelles les Français quittent leur pays: le travail, les études, la famille, l’amour ou tout simplement le désir de voyager et découvrir un nouvel endroit. En tout cas, les petits plaisirs et le savoir faire français les accompagnent n’importe où ils décident d’aller. Read more »
  • Le Plat Pays
    Transcription: Salut! Aujourd’hui on va parler un peu de la Belgique, pourquoi pas? Qu’est-ce qu’on connaît de la Belgique? Il y a toujours la question des clichés bien sûr, mais bon ! On y va ! Plat national “les moules frites”, boisson “la bière”, les deux ensemble “le complet bruxellois”, et comme dessert par exemple, les chocolats. Le chocolate belge est célèbre, ouais, et il y en a de toute sorte… mmhh oufti! Chocolat au lait avec un fourrage composé d’une ganache à la poire. Quoi d’autre?… le Tintin ouais, incontournable! Là, on a toujours dit Tintin, mais quand on commence à étudier la langue française, on découvre soudain que le journaliste s’appelle en fait Tintin… bon, d’accord, tant pis! Tintin. Je vais lire un petit morceau du “Crabe aux pinces d’or”, à mon avis, un des Tintin les plus touchants.   « Et voilà, Milou!… Par ici la sortie!  Page 52 »   Il y a une longue tradition de BD en Belgique, voilà quelques exemples: les Schtroumpfs, Gaston Lagaffe, Lucky Luke, il y en a mille, c’est pas une carabistouille!. Un autre Belge célèbre… Jacques Brel, ouais et comment! On va écouter un peu. Comme échantillon, ça suffit. Pas mal eh, Brel? remarquable! Un autre…le champion Eddy Merckx, un mythe du cyclisme. Il a gagné cinq Giro d’Italie et cinq Tours de France en 69, 70, 71, 72 et 74. C’est pas de la rigolade! Spectaculaire! On continue… les frères Dardenne, cinéastes. Au Festival de Cinéma de Cannes il y a presque toujours un film d’eux. Jean-Philippe et Luc, Luc et Jean-Philippe qui est qui?… ne vous inquiétez pas, personne le sait. On va aussi parler de la langue. Tandis qu’en France on dîne, c’est le repas du soir, en Belgique on soupe… bon, en fait c’est au sud, en Wallonie qu’on soupe, puisque au nord flamand, ils utilisent un autre mot, et directement une autre langue…comme vous savez. Les chiffres : un type qui a soixante-dix ans en France, en Belgique il aurait… septante ans, d’accord septante. Si Sarkozy… non non rien, un autre exemple.  Un appart’ de quatre-vingts m2 à Lyon, il ferait combien à Bruxelles?… quatre-vingts m2 aussi. Si une enterprise française fichait à la porte quatre-vingt-dix employés… un exemple choisi au hasard, ou tapé à gaille, en Belgique elle ficherait… quatre-vingt-dix peut-être? non, nonante! Pourquoi?… c’est la francophonie, ché nié, laissez tomber. Ensuite littérature: si on disait littérature et Belgique dans la même phrase, on penserait à… Georges Simenon? Par exemple, peut-être, ouais, et Amélie Nothomb, auteur de romans comme “Stupeur et Tremblements” ou “Ni d’Eve ni d’Adam”. Ne pas confondre avec l’Amélie qui se promène à Paris avec la musique de Yann Tiersen! Je lis le début de “Stupeur et Tremblements”.   « Monsieur Haneda était le supérieur de monsieur Omochi, qui était le supérieur de monsieur Saito, qui était le supérieur de mademoiselle Mori, qui était ma supérieure. Et moi, je n’étais la supérieur de personne. »   Ça me dit quelque chose. Vous pouvez le trouver à la médiathèque de l’Institut Français. Bon, notre temps est sur le point de finir, le moment de la question politique est arrivé… thématique glissante, je sais, bref, simplement, j’aimerais dire une chose ; il y a des gens qui critiquent très facilement la Belgique: “ la Belgique est tarabiscotée”, “quel souk”, “personne n’y pige que dalle”… d’accord mais, soyez honnête, en fait depuis quand on comprend la Catalogne ou l’Espagne?… donc?! Salut!     BELGICISMES:   Oufti: (Du Wallon). Il exprime la surprise, l’étonnement, l’admiration. Il s’utilise principalement  dans la région de Liège   Carabistouille: bêtise, blague. Il s’utilise surtout à Bruxelles.   Taper à gaille: (Du Wallon). Choisir au hasard   Ché nié: Il équivaut à “Je ne sais pas” Read more »
  • Le carré de porc au lait
    Transcription : Aujourd’hui on va préparer une très ancienne recette originale, “Le carré de porc au lait”. Elle est très pratique car elle doit être préparée la veille , de fait on n’aura plus que la réchauffer et servir le jour même. Ici on a de l’oignon et une carotte coupés en mirepoix, 1,5kg de carré de porc frais, 5 feuilles de sauge fraîche (si on n’a pas de sauge fraîche on peut utiliser de la sauge sèche), un peu de thym, 1 feuille de laurier, 2 litres de lait entier, 50g de beurre, de l’huile d’olive, du sel et le poivre du moulin. On allume notre four à 180º. Dans une cocotte, on fait fondre un peu de beurre et d’huile, puis on fait rôtir sur chaque face notre rôti de porc bien assaisonné. Lorsque notre rôti sera bien coloré, on fait suer autour la mirepoix d’oignons et de carottes, le thym, le laurier et la sauge. Tout ça à feu doux et à couvert pendant 5 minutes. Puis on verse le lait qui doit couvrir la viande. On porte à ébullition, on sale et poivre puis on met au four pour 2 heures et on retourne toutes les demi heures. Notre rôti est cuit. On le sort avec précaution sur un plat. On retire la feuille de laurier puis on mixe la sauce. On la passe au chinois. Puis on la fait réduire de manière à ce qu’elle ait la consistance d’une crème. On la débarrasse ensuite avec un peu de beurre dessus pour empêcher la formation d’une croûte. On laisse refroidir notre rôti et met la sauce au frigo. Le jour même, on coupe les tranches de notre rôti froid, puis on les met dans un plat creux. On fait chauffer notre sauce jusqu’à ébullition, puis on la verse sur nos tranches de rôti. Si vous voulez, vous pouvez passez 5 minutes le plat au four chaud. Vous pouvez accompagner le carré de porc avec des pommes de terre nouvelles à la vapeur. Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Merci pour votre attention. Bon appétit! Read more »
  • Le blog notre nouveau moyen de diffusion
    Et voilà finalement une nouvelle capsule du Monde Fictif ! Comme vous voyez, notre nouveau moyen de diffusion est ce Blog-ci. Tous les 10 jours nous publierons une petite capsule d’environ 3-5 minutes avec un reportage intéressant: une interview, une recette de cuisine, un reportage sur la vie quotidienne, le chasseur d’expressions et beaucoup de surprises à découvrir ! Nous aimerions bien que vous nous laissiez des commentaires pour savoir ce que vous pensez des reportages et des sujets traités par l’équipe du Monde Fictif. Cliquez sur « Commentaires » sous chaque article et remplissez le formulaire avec votre nom, email et opinion. Votre opinion nous aide beaucoup améliorer jour après jour le Monde Fictif ! N’oubliez pas que vous pouvez vous inscrire pour recevoir toutes les nouveautés dans votre boîte email !!! Transcription: À partir de maintenant vous pouvez nous suivre sur notre blog : https://mondefictif.wordpress.com . Dans le blog vous trouverez des reportages intéressants, des sondages, les vidéos et les textes des journaux précédents et beaucoup de surprises ! À partir de maintenant le blog peut devenir un nouvel espace intéractif pour l’apprentissage du français. Entrez dans le blog et laissez-nous un commentaire avec votre opinion. On aimerait bien savoir ce que vous pensez des reportages et quelles modifications vous y apporteriez. Nous serons ravis de les lire et de les intégrer dans le prochain Monde Fictif ! C’est facile; tapez mondefictif.wordpress.com dans votre navigateur internet, cherchez le champ des commentaires dans un article et remplissez-le avec votre nom, email et opinion. Finalement, vous faites aussi partie de ce grand Monde Fictif ! À la prochaine! Read more »
  • Entre les murs, film français nominé aux Oscars 2009
    Le film français « Entre les murs » du directeur Laurent Cantet, a été nominé aux Oscars 2009 comme le Meilleur Film Étranger. Il sera en compétition avec 4 autres films importants: ‘Waltz with Bashir’ (Israël), ‘The Baader Meinhof Complex’ (Allemagne), ‘Revanche’ (Autriche) et ‘Departures’ (Japon). Il semble quand même que la critique cinématographique aime bien le film de Cantet et c’est pour ça que le film français est l’un des préférés dans les paris. Entre les murs raconte l’histoire d’un professeur (François) de français d’une clase de 4ème dans un collège difficile. Il essaiera de « domestiquer » ses élèves qui sont souvent très malpolis. François n’hésite pas à aller chercher les adolescents là où ça fait mal, les mettant souvent face à leurs limites afin de les motiver. Peut-être qu’il va trop risquer…. Le film a déjà gagné la Palme d’Or du festival de Cannes et a aussi été nominé au Cesar. Est-ce que vous croyez qu’il sera finalement élu Meilleur Film Étranger par l’Académie Américaine? Nous le saurons le 22 Février.    Read more »
  • Cinéma Français Contemporain à l’IFB
    L’IFB nous propose un peu de cinéma contemporain français pour le mois de février. Les lundis et mardis de février nous avons tous un rendez-vous avec le meilleurs films français d’aujourd’hui. L’entrée est gratuite pour les étudiants de l’IFB et les usagers de la médiathèque!!! – MAUVAISE FOI de Roschdy Zem Lundi 2 février, à 20h30 et mardi 3 février, à 21h France, 2006 – 1h28 – vose Avec: Roschdy Zem, Cécile de France, Pascal Elbé Synopsis: Clara est juive, Ismaël est arabe. Lorsque Clara tombe enceinte, c’est le plus beau jour de leur vie. Tout va bien… —– DOUCHES FROIDES d’Anthony Cordier Lundi 9 février, à 20h30 et mardi 10 février, à 21h France, 2005 – 1h42 – vose Avec: Johan Libéreau, Salomé Stévenin, Jean-Philippe Ecoffey Synopsis: Mickael, 17 ans, passe le bac. Capitaine de l’équipe de judo, une famille à problèmes, et une étrange tentation de partager sa petite amie, Vanessa, avec Clément. Ce film a gagné le « Prix Louis Delluc 2005 » – FLANDRES de Bruno Dumont Lundi 16 février, à 20h30 et mardi 17 février, à 21h France, 2006 – 1h31 – vose Avec: Samuel Boidin, Adélaïde Leroux, Henri Cretel Synopsis: De nos jours, dans les Flandres. Demester et de jeunes gars du pays partent soldats dans un conflit lointain. Ce film a gagné le « Grand Prix du Jury Festival de Cannes 2006 » – QUI M’AIME ME SUIVE de Benoît Cohen Lundi 23 février, à 20h30 et mardi 24 février, à 21h France, 2005 – 1h40 – vose Avec: Avec Mathieu Demy, Eléonore Pourriat, Julie Depardieu Synopsis: Maxime, 35 ans, brillant médecin, mène une existence rangée, jusqu’au jour où il rencontre Chine, une chanteuse qui va provoquer un électrochoc dans sa vie. –   + En savoir plus   Read more »
  • Sondage
    Répondre à notre sondage (function(d,c,j){if(!d.getElementById(j)){var pd=d.createElement(c),s;pd.id=j;pd.src='https://s2.wp.com/wp-content/mu-plugins/shortcodes/js/polldaddy-shortcode.js';s=d.getElementsByTagName(c)[0];s.parentNode.insertBefore(pd,s);} else if(typeof jQuery !=='undefined')jQuery(d.body).trigger('pd-script-load');}(document,'script','pd-polldaddy-loader')); Read more »
  • Journal Télé 002
    Ce deuxième numéro du journal est devenu plus long que le précedent et on a dû le couper en deux parties pour le mettre sur YouTube. On l’a fini en Juin 2008.  Première partie: Deuxième partie: Read more »
  • Journal Télé 001
    Voilà notre premier numéro sorti en Mars 2008 Read more »
  • Un certain regard : le film « Le Trou »
      En 1960, le réalisateur parisien Jacques Becker a tourné son dernier film, Le Trou. Un film basé sur une histoire réelle où il a utilisé des acteurs non professionnels. Dans la prison de la Santé, quatre prisonniers qui partagent la même cellule et qui attendent leur jugement, reçoivent un nouveau camarade, Gaspard. La raison pour laquelle Gaspard se trouve en prison est complexe, et tient à trois éléments : sa femme, sa belle-soeur et un fusil. Scène du film : conversation avec les camarades Dans ce film, Becker nous montre son style réaliste, direct et très efficace. Il s’occupe et préoccupe des personnages et de l’histoire qu’il raconte sans compliquer gratuitement la mise en scène. Le cerveau de la tentative d’évasion est Roland, un homme vraiment méticuleux avec une énorme capacité pour se débrouiller, et qui a tous les plans dans sa tête. C’est lui-même qui fabrique la totalité des ustensiles nécessaires pour réussir. Faire un trou à la cellule n’est que la première étape. Il auront à ce moment-là accès aux galeries souterraines. Mais ils devront faire des équipes de nuit parce que le chemin jusqu’aux égouts et puis à la liberté est encore très long. En plus, il faut tenir compte du facteur féminin… Scène du film visite de la belle-soeur Il ne serait pas approprié de vous en dire plus. Jacques Becker est malheureusement mort pendant le montage du film. Il a donc fini sa carrière à un moment où la “Nouvelle Vague” commençait à faire ses premiers pas.   Read more »
  • Le boeuf bourguigon traditionnel
    Aujourd’hui on va préparer une recette française typique, “Le Boeuf Bourguignon”, un plat qu’on sert normalement en hiver.   Ici on a de l’oignon et les échalotes émincées, le bouquet garni, de la macreuse taillée en cube de 5 cm, un peu d’huile d’olive et du cognac et une bouteille de vin rouge.   Pour commencer, il faut d’abord mariner la viande et l’oignon, les échalotes, le bouquet garni avec le cognac et le vin rouge, pendant 24 heures.             On a déjà préparé la viande, l’oignon et les échalotes, le bouquet garni, séparés du vin, les gousses d’ail écrasées, la farine 75g de beurre, et le jus de la marinade.   Maintenant on saisit les cubes de boeuf sur tous les côtés pendant 3 à 4 minutes.   Cette cuisson est très importante car c’est elle qui va empêcher que les cubes ne se défassent pendant la longue cuisson. On réserve le jus de cuisson.             D’abord, il faut faire chauffer 25g de beurre dans la cocotte et on ajoute l’oignon et l’échalote de la marinade et on laisse fondre 2 minutes.             On ajoute les morceaux de viande et on saupoudre avec une cuillère à soupe de farine.   Pour terminer, on ajoute le jus de cuisson de la viande, les gousses d’ail écrasées, le bouquet garni, l’os à moelle, et le jus de la marinade de manière à couvrir toute la viande.   On porte à ebullition et on laisse bouillir pendant 2 à 3 minutes. On met à feu doux et on laisse cuire à couvert pendant 2 heures.   On met le beurre à feu moyen et on fait revenir les lardons pendant 5 minutes. On ajoute les oignons grelots et on les cuit à couvert pendant 10 minutes. Il est important que les oignons blondissent mais sans brunir.             On retire les oignons et les lardons, et on met les champignons. On laisse fondre pendant 5 minutes et on remue régulièrement.             La viande a terminé ses 2 heures de cuisson. On ajoute les lardons, les champignons et les oignons grelots. On laisse cuire à couvert 30 minutes. Ensuite on termine la cuisson à couvert de manière à laisser la sauce réduire jusqu’à une bonne consistance.   Vous pouvez accompagner le boeuf bourguignon avec des pommes de terre nouvelles à la vapeur, du riz ou simplement du couscous.   Un petit secret : le boeuf sera encore meilleur réchauffé le lendemain.   C’est tout pour aujourd’hui. Merci pour votre attention. Bon appétit! Read more »
  • Le chasseur d’expressions : Avoir le cul bordé de nouilles
    Bienvenus à une nouvelle édition de l’émission « Le chasseur d’expressions ».   Aujourd’hui, on vous présente l’expression « Avoir le cul bordé de nouilles ». Cette expression signifie, en peu de mots, « Être très chanceux », c’est à dire, « Avoir beaucoup de chance ».   Etymologiquement, les mots « bol » et « pot » signifient en argot « anus ». Au sens figuré, ils désignent la chance. D’où l’expression « Avoir du bol », ou les variantes « Avoir du pot », et « Avoir du cul ».   Maintenant chassons le sens des nouilles bordées. Les nouilles, ce sont des pâtes de 5 cm de longueur environ, en forme de tire-bouchon. Mais, a quoi ça sert, d’en avoir le cul bordé?   Parmi les explications qui ont passé les contrôles de censure de cette émission, voici la plus convaincante:   Autrefois, les mères et nourrices accrochaient des médailles bénies au linge des bébés, cela était supposé leur porter chance. D’où l’expression équivalente « Avoir le cul bordé de médailles », toujours en usage. Comme ce n’était pas très respectueux de la religion chrétienne, certains ont remplacé les médailles par des nouilles; voici donc : « Avoir le cul bordé de nouilles ».   Le lien entre le cul et la chance, on le trouve aussi dans l’expression portugaise (« Ter o cú virado prá lua » – Avoir le cul tourné vers la lune), l’expression italienne (« Avere un culo della Madonna » – Avoir un cul de la Madonne), et l’expression espagnole (« Tener una flor en el culo » – Avoir une fleur au cul).   Finalement, je vous invite à utiliser l’expression chassée à notre dernière émission: « Filer à l’anglaise ». Read more »
  • Réussir les examens de langue française
    Réussir à des examens de langue française n’est pas toujours évident. Pendant quelques semaines ou même quelques mois, on se prépare comme de fous pour passer des épreuves types qu’on a mille fois fait en classe.   Nous, les reporters du Monde Fictif sommes allés découvrir les véritables clés du succès, là où les livres et manuels n’arrivent pas.   Masaaki, Ruth, et María ne sont pas loin d’être des héros: en leur temps, ils ont respectivement réussi les diplômes de langue française B1, B2, C1, un grand but pour plusieurs de nous.   Allons parler avec eux pour savoir ce qu’il faut faire ou ne pas faire afin d’obtenir le 60% indispensable. Ouvrez bien vos oreilles et prenez note de ces petits grands conseils d’experts.       1.Quelles sont les clés pour réussir à l’examen ? Massaki : J’pense que… au niveau B1… heu… c’est *importante* la… une bonne connaissance de… de la grammaire parce que c’est un niveau intermédiaire. Ruth : euh… le niveau B2 euh… cherche une personne qui soit capable de se… défendre surtout au niveau de l’argumentation. Parce que tu dois être capable de… d’argumenter, de défendre ton point de vue, de… de comprendre le… le sens du texte, et peut-être ça c’est la différence parce que les quatre parties euh… font référence à… à… le texte argumentatif María : Je crois qu’il faut maîtriser la langue à… à tous les niveaux. Il faut être capable de… d’établir une communication… aisée et fluide.   2.La partie plus facile et la plus difficile Ruth : La plus… la plus difficile euh… c’est très clair : la compréhension orale parce que je sais… que c’est un point faible, mon… mon point faible, et… alors j’étais très nerveuse et… c’est aussi la première partie de… que tu fais dans l’examen. María : Euh… la plus difficile, je crois que c’est… la production écrite parce qu’il faut euh… maîtriser la technique de la synthèse, que… que c’est quand même… quelque chose un peu… *spéciel*, et la production orale aussi. Parce que euh… la partie orale c’est là où j’ai le plus de problèmes. J’ai… parfois il me faut du temps pour trouver les mots que… pour dire… ce que je veux exactement exprimer.   3.La préparation : Masaaki : J’pense que l’examen était pas dur, mais la préparation, oui, parce qu’il faut travailler… travailler beau… beaucoup de temps, et… j’pense que l’examen c’est le résultat d’un travail, non ? María : Moi, par exemple, j’essayais de… rédiger chaque semaine au moins… soit une synthèse, soit un essai argumenté, j’essayais aussi de voir des films en version *originelle*, j’essayais de lire en français, de… d’écouter les infos… Ruth : Je travaillais beaucoup avec le livre qui prépare spécifiquement le… le diplôme, et aussi avec des épreuves types que tu… que tu peux consulter sur Internet, par exemple.   4.Les résultats Masaaki : Bon, mon sentiment quand j’ai réussi l’ B1, c’était comme… quand euh… Bar… Barça fait un but contre Madrid ! J’ai crié ! j’é… s… tais très *heureuse* !     Bref, préparation, concentration et calme pour affronter avec tranquillité ce type d‘épreuves. Bon courage à ceux de vous qui préparez les examens de juin ! Read more »
  • Imminente crise du pétrole : quel avenir nous attend ?
    La crise du pétrole est arrivée sans s’annoncer. Aujourd’hui même, on peut affirmer que le pétrole n’existe plus, selon les déclarations du directeur du centre national des recherches énergétiques.  Après plusieurs années  de débats politiques et sociaux sur la recherche d’une bonne alternative énergétique, la fin définitive de cette source est une réalité. Le chaos a donc fait son apparition et le monde entier est bouleversé. La présence militaire est partout. Les soldats  essaient d’éviter le pillage, mais ils sont dépassés. On nous a informé qu’il y a des émeutes devant des établissements d’alimentation. Les queues pour obtenir des aliments de bases sont immenses. Les cambriolages se sont multipliés. Dans la rue, on peut croiser des gens qui portent des téléviseurs, des appareils ménagers ou des sacs d’aliments. La panique est générale et la loi du plus fort règne. Les moyens de transport sont aussi affectés par le manque d’essence. Les routes sont désertes, et il y a un énorme problème pour se déplacer. Malheureusement, l’augmentation de la fréquence de circulation des transports publics n’est pas suffisante pour répondre aux besoins des citoyens. La valeur des monnaies a chuté face à l’incertitude de l’avenir et l’inflation galopante. Les gens se débarrassent de leur argent car les prix changent continuellement. La monnaie a simplement disparu et le troc s’est instauré. En plus, la majorité des entreprises, face à la difficulté d’obtenir de l’essence, ont décidé de fermer. Les experts scientifiques cherchent maintenant une source alternative d’énergie. Heureusement, il est déjà possible d’offrir un approvisionnement  suffisant à la population, après avoir effectué quelques petites modifications techniques dans les centrales hydro-électriques, éoliques et solaires, modifications qui ne prendront pas plus d’une semaine. Finalement, on pourra profiter d’une énergie écologique et renouvelable. – Reporters du CAAM, Le Monde Fictif, Barcelone – Read more »
  • Le chasseur d’expressions : Filer à l’anglaise
    Bonjour, aujourd’hui on va parler de l’expression « filer à l’anglaise ». Cette expression veut dire : partir sans dire au revoir. Il y a deux explications possibles à son origine. La première, on la trouverait dans la rivalité historique entre les nations française et anglaise. Les Anglais utilisent comme expression équivalente « to take french leave ». Ainsi donc, chacun attribuerait à la nation rivale cette démonstration de mauvaise éducation. L’autre explication viendrait de l’ancien verbe « anglaiser » qui voulait dire « voler ». Filer à l’anglaise équivaudrait donc à partir comme un voleur qui a déjà fait son coup. En catalan, en espagnol, en portugais ou en allemand, on dit aussi « à la française » comme les Anglais : « anar-se´n a la francesa », « despedirse a la francesa », « sair à francesa » et « französischen ab schied nehmen ». L’explication qu’on donne dans ces pays, c’est que partir sans dire au revoir d’une réunion, c’était à la mode dans la haute société française du XVIIIème siècle. Par contre, il y a d’autres langues qui, comme le français, attribuent cette attitude aux Anglais, ce sont par exemple l’italien, le russe et le polonais. Et c’est tout pour aujourd’hui, merci pour votre attention et à la prochaine ! Salut ! Read more »
  • Les crêpes de blé noir
     Ingrédients pour 30 galettes 200g de farine de blé noir 50g de farine 1 oeuf 30g de beurre ½ litre d’eau Du sel D’abord, mettez les farines dans une terrine et ajoutez-y l’oeuf et la pincée de sel. Après l’avoir fait fondre au bain marie ou dans le micro-ondes, versez le beurre petit à petit et mélangez avec les mains, en versant l’eau doucement.  Vous pouvez aussi vous aider d’un mixeur pour battre énergiquement. Mais faites attention! La pâte doit avoir la consistance d’une crème liquide! Après, laissez reposer 2 à 3 heures. C’est le moment crucial : il faut cuisiner les crêpes! Au moment de l’utilisation, n’oubliez pas d’y ajouter un peu d’eau, ou mieux de la bière pour alléger la pâte. Commencez par faire chauffer une galettière ou une poêle fine et beurrez-la à l’aide d’un chiffon imbibé de beurre fondu. Attention, il faut pas que la galettière soit trop grasse! Une fois qu’elle est chaude, versez une petite louche de pâte dans la galettière en tournant rapidement pour la répartir finement. Laissez-la dorer d’un côté et puis retournez-la à l’aide d’une spatule, pour la faire cuire de l’autre côté. Ajoutez-y des garnitures; vous pouvez la servir avec du fromage, un oeuf, du jambon ou tout simplement avec du beurre salé. Finalement, fermez la crêpe et mangez-la. Bon app’ ! Read more »
  • Les méthodes d’apprentisage d’une nouvelle langue remises en question
                 Méthode naturelle, apprentissage à partir de 3 ans, fascicules, cassettes vidéo, professeurs particuliers, la célèbre méthode « le français en 3 mois »… Il y a une offre très diverse de méthodes pour apprendre une nouvelle langue, et toutes nous assurent qu’elles sont la meilleure option. Mais, qu’est-ce qu’il y a de vrai dans ces offres, parfois même « miraculeuses » ? Afin d’en savoir plus, nous avons parlé avec quelques experts, professeurs de langue étrangère, pour connaître leur opinion.   Racontez-nous une bonne méthode pour apprendre une nouvelle langue  Dîtes-nous le nombre idéal d’élèves pour faire un bon apprentissage.  Quelle méthode vous utilisez dans votre cours ? Le meilleur âge pour commencer ?  Quelle suggestion vous feriez pour améliorer l’enseignement de la langue étrangère ?   Il est évident que la manière d’apprendre une langue étrangère est très variée. D’ailleurs, chaque personne aura ses trucs et ses préférences. Mais dans ce reportage nous vous avons donné des idées pour réussir dans l’étude de n’importe quelle langue. A partir d’aujourd’hui, toutes les réticences à l’apprentissage des langues devraient avoir disparu, car c’est seulement une question de volonté. Read more »
  • L’arrivée du messie des Juifs
    Depuis la semaine dernière, Jérusalem est bouleversée par l’apparition d’un personnage septuagénaire qui pourrait être apparemment le messie des Juifs. Aujourd’hui, d’après les déclarations du chef d’État d’Israël, les suppositions ont été confirmées.   Il s’agirait d’un Chinois originaire de Chengdu qui est arrivé à Jérusalem il y a maintenant une semaine pour informer  la communauté juive qu’il est le messie qu’ils attendaient depuis plus de 4.000 ans. Le messie s’appelle Yamamoto et il est arrivé à la Ville Sainte sur une curieuse moto. Ses explications sur les révélations qu’il a apparemment eues en Chine n’ont laissé aucun doute parmi les Juifs que c’est le vrai messie.             Désormais, il faudra rester attentif surtout aux réactions de la communauté juive orthodoxe, qui est, apparemment, la plus sceptique quant à cette apparition révolutionnaire. Read more »