La locution adverbiale « du coup »

Vous connaissez certainement de nombreux connecteurs logiques de conséquence : donc, alors, par conséquent, ainsi… Mais il existe une locution adverbiale que peu d’étudiants en français langue étrangère connaissent : c’est du coup.

Cette expression est très employée, de plus en plus employée, et même, au dire de certains, trop employée : cela devient un tic ou une manie de semer ses phrases de du coup. Vous devez faire attention à réserver son emploi aux situations informelles et essentiellement à l’oral : l’expression est familière.

C’est presqu’un synonyme de par conséquent – qui, lui, n’est pas utilisé à l’oral. On dit parfois que du coup s’emploie quand la conséquence est inattendue. Ce n’est pas tout à fait exact. En utilisant cette expression, vous faites simplement semblant de croire que la conséquence de la première proposition est unique et somme toute logique.

Dans :

Il y avait une promotion sur les portables du coup j’en ai acheté un.

il n’y a pas de relation de cause à effet entre l’affirmation et l’action : ce n’est pas parce qu’il y a une promotion qu’on achète automatiquement un portable. Et pourtant, c’est ce que vous dites, ce qui vous permet de légitimer votre action (ici votre achat) : vous avez eu raison, il était normal d’en acheter un puisqu’il y avait une promotion.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Tagged , , , ,

La place de l’adverbe en français

Nous avions déjà vu que la langue française n’est pas aussi flexible que l’espagnol ou le catalan pour la place de ses adjectifs. Elle ne l’est pas plus pour la place de ses adverbes. Mais dans un sens, on pourrait dire qu’elle respecte strictement l’étymologie du mot : ad/verbe, c’est-à-dire qui accompagne le verbe, qui s’ajoute à lui. Voilà pourquoi sa place naturelle est après le verbe.

Les adverbes de quantité (beaucoup, trop, peu, etc.), de temps (parfois, jamais, toujours, etc.) et de manière (mal, bien, etc.) doivent être placés immédiatement après le verbe.

Je bois beaucoup quand je fais du sport.

Cette campagne est remarquablement bien réussie.

Attention : pour le temps verbaux composés, vous devez donc placer l’adverbe après l’auxiliaire (c’est lui qui subit la flexion).

Il est toujours arrivé en retard à ses rendez-vous.

De toute façon, il ne vous sera pas possible de les antéposer au verbe, à moins que cela soit un procédé stylistique comme dans le vers de Charles Baudelaire :

Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Il reste que les adverbes qui complètent une phrase entière, eux, seront placés soit en début soit en fin de phrase.

Demain, nous irons à la plage.

Nous irons à la plage demain.

Nos cours de français en entreprises, c’est aussi apprendre cela !

Tagged , , ,